Les croyances limitantes

woman with paper with cross sign

Nous sommes des êtres de bien des choses et définitivement des êtres de croyances. En y prêtant attention, tu verras à quel point on en déborde. Pense à toutes les phrases qui commencent par « je pense que », « je crois que »… c’est pas long qu’on arrive à 1000!

Nos croyances sont créées par un processus mental qui se déploie quand on décide (consciemment ou pas) d’adhérer à une hypothèse, transformant ainsi une pensée en réalité, notre réalité. Ces pensées devenues croyances se regroupent dans un système (système de croyances) et forgent notre personnalité, nos opinions et nos actions et donc les prochaines croyances à venir du même coup. Une à une, elles s’ajoutent à notre « carte du monde », sont très subjectives, nous bercent parfois d’illusions et sont souvent chargées d’émotions. 

Certaines croyances sont portantes (positives) comme de croire « qu’on peut arriver à atteindre tous nos rêves si on le veut vraiment » et d’autres peuvent être limitantes, comme de croire que « dans la vie, il faut bûcher pour réussir ». En PNL, les croyances limitantes sont groupées en 3 catégories; le désespoir (je ne vais jamais y arriver), l’impuissance (je ne suis pas capable) et la dévalorisation (je ne le mérite pas). Et quoique les croyances soient souvent bien ancrées en nous, du moment qu’on réalise qu’une croyance nous limite, nous pouvons nous reprogrammer pour la remplacer. Je te suggère un exercice en 8 étapes, une brève version d’intervention que je ferais en consultation et qui est très efficace pour installer une nouvelle croyance.

ÉTAPES:

1- Prévois un moyen de prendre quelques notes si tu en ressens le besoin pendant l’exercice. Assure-toi d’être dans un endroit calme et prends quelques respirations lentes et profondes pour calmer ton rythme intérieur et te centrer, un peu comme une mini méditation. Pendant l’exercice, tu laisseras monter sans jugement la première pensée qui vient.

2- Identifie la croyance limitante dont tu ne veux plus et prends bien le temps de te laisser imprégner de cette croyance et des effets et sensations physiques désagréables qu’elle procure. Où le ressens-tu dans ton corps?

3- Rêverie #1: Les yeux fermés, recule dans tes souvenirs pour remonter à la toute première fois où cette croyance a été vécue et adoptée. Aie confiance que ton corps le sait. Une fois arrivé à ce premier souvenir, prends le temps de ressentir les sensations, de voir, d’entendre ce qui se passe. Quelles sont les autres croyances qui accompagnent celle-ci? Quelles décisions en ont ensuite découlé dans ta vie?

4- Une fois cette rêverie terminée, pose-toi ces questions: Quelle est, ou a été, l’intention positive de cette croyance? L’intention positive des personnages qui ont joué un rôle dans mon souvenir?

5- Demande-toi maintenant de quelles qualités ou ressources le « toi du passé » et les personnages autour auraient eu besoin dans cette situation? Nomme 2 ou 3 ressources (confiance en soi, courage, honnêteté, support familial, quelqu’un à qui parler, etc.).

6- Remémore-toi maintenant un moment dans ta vie où tu as fait preuve de chacune de ces qualités ou lorsque tu as mobilisé ces ressources. 

7- Rêverie #2: Les yeux fermés à nouveau, imagine-toi de retour dans le premier souvenir de croyance limitante mais cette fois outillé avec les ressources identifiées plus haut. Imagine-toi transmettre les ressources aidantes aux personnages de ton souvenir. Ressens, vois et entends ce qui se passe. Qu’est-ce que ça change?

8- Prends un moment pour ressentir ce qui monte en toi à la lumière de cette exploration. Qu’est-ce qui est différent maintenant?

Voilà, l’exercice est terminé. Prends le temps de tranquillement revenir dans le moment présent et reste ouvert et curieux aux changements ou aux pensées qui viendront dans les prochains jours, prochaines semaines… Tu pourras refaire l’exercice autant de fois que tu en ressens le besoin et même guider quelqu’un dans ton entourage qui veut se prêter au jeu. 

J’espère que ça fera du chemin entre toi et ton bon vieux sac de croyances. Il mérite d’être dépoussiéré celui-là de temps en temps. Je te laisse sur ce qui suit: les croyances ont toutes ou ont toutes eu une intention positive pour nous à un moment dans notre vie et méritent d’être questionnées à mesure qu’on grandit et évolue. Et puisque nos croyances dictent nos opinions, nos actions et donc notre vie, soyons sélectifs envers celles qu’on garde dans notre baluchon. 

On est ce que l’ont croit, on est ce en quoi l’on croit.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :